Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Nouvelles

Détention abusive de deux journalistes en Turquie

Mr Physics CC

Crédit photo : Mr Physics CC

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu publiques, le 8 juillet, des décisions favorables à deux journalistes maintenus en détention provisoire pendant plus d’un an. Ce faisant, la République de Turquie a porté atteinte au droit des deux hommes à la libre expression, à la liberté et la sécurité et au contrôle de la légalité de leur détention, selon les jugements.

Les deux journalistes d’enquête Nedim Şener et Ahmet Şik, récipiendaires de plusieurs prix, faisaient face à divers chefs d’accusation liés à leurs présumées activités au profit de l’organisation terroriste Ergenekon et à leur travail de journaliste jugé favorable à la même organisation.

Les deux hommes ont été gardés en détention avant leur procès parce qu’ils étaient soupçonnés d’être membres d’Ergenekon. La Cour estime que les raisons invoquées pour leur emprisonnement n’étaient ni pertinentes ni suffisantes.

Par ailleurs, la CEDH estime que de telles mesures étaient propres à créer un climat d’autocensure pour tout journaliste d’enquête qui aurait désiré faire des recherches ou des commentaires sur la conduite et les agissements de l’appareil gouvernemental.

Liens intéressants

Le résumé des deux décisions : Arrêts Nedim Şener c. Turquie et Şik c. Turquie – détention provisoire pendant plus d’un an de deux journalistes d’investigation.

Réaction de Reporters sans frontières en 2011 : l’organisme déplorait l’interpellation et la détention des deux journalistes, ainsi que le climat d’oppression et d’intimidation de la presse découlant de l’affaire.

 

Cette entrée a été publié avec les mots-clefs , , , , , , , , , .

Commentaire (1)

  1. Étant à Istanbul en mai et juin 2013, on sentait déjà que le régime s’islamisait. Le libre-choix de mettre des journalistes en prison, il y en a plusieurs en Turquie, montre l’arrogance de ce nouveau « khalife » et la direction qu’il s’autorise. Il pratique l’intimidation afin d’éloigner les journalistes des autres pays et les tenir à bout de bras.
    Comme Harper qui se sent au-dessus de la Cour Suprême, Erdogan est au-dessus de la Cour européenne des droits de l’homme. Il faut peut-être craindre sa présidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *