Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Chroniques

2012 en 12 décisions

Photos sensibles, décisions au cas par cas

Crédit photo : Aussiegall CC

 À deux reprises en 2012, le 15 juin et le 19 octobre, le CPQ se prononce sur la publication, par le journal La Presse, de photos jugées « sensationnaliste » ou « scabreuse ».

Dans le premier cas, il s’agit de la photo du cadavre de l’aspirant-chef de la mafia montréalaise, Salvatore Montagna, publiée le 25 novembre 2011 dans la version imprimée de La Presse. Le CPQ rappelle que les drames humains et les faits divers doivent inspirer prudence, discernement et circonspection aux journalistes, afin de ne pas franchir la frontière qui sépare l’intérêt public de la curiosité publique. La Presse, cette fois, n’a pas dépassé les limites du tolérable, estime le Conseil, qui rejette la plainte.

L’article accompagné de la photo.

Dans le second cas, une photo montrant des soldats américains photographiés avec les restes d’un corps mutilé d’un Afghan, ne passe pas le test. « La publication de la photographie, présentant des soldats tenant les restes d’un corps mutilé, mettait inutilement en évidence les aspects morbides, spectaculaires et sensationnels de cette réalité », estime le CPQ, qui retient la plainte. Notons que la décision n’est pas unanime.

 Le CPQ note que La Presse a brouillé la partie sensible de la photo, moins de 24 h après sa publication en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *