Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Chroniques

2012 en 12 décisions

La faute et l’écho de la faute

Crédit photo : Miuenski CC

Le 15 juin, le CPQ retient une plainte s’adressant à la Régie des rentes du Québec (RRQ).

Un an plus tôt, le CPQ a formulé un blâme pour conflit d’intérêts à l’encontre du journaliste du journal Les Affaires, René Vézina. M. Vézina avait participé à une campagne de publicité de la RRQ et avait de surcroît été rémunéré pour le faire. Cela entachait sa crédibilité et son indépendance, à titre de journaliste économique éventuellement appelé à user d’un jugement critique envers la Régie.

Malgré cette décision du CPQ, la RRQ a continué à diffuser, sur son site internet, les capsules publicitaires mettant M. Vézina en vedette. Dans l’esprit d’un de ses mandats explicité dans ses lettres patentes, soit de recevoir et étudier les plaintes relatives à la conduite des organismes envers la presse, le CPQ a demandé à la RRQ de retirer ces capsules.

En continuant de les diffuser, « la Régie devenait responsable de la violation des règles de déontologie journalistique que la diffusion de ce message publicitaire constituait » et continuait à associer un journaliste économique à ses intérêts propres. En plus d’entacher la crédibilité du journaliste, cette campagne « porte atteinte au droit du public à une information de qualité », affirme le CPQ dans sa décision.

Le grief en ce sens a été retenu par la majorité. En première instance comme en appel (où la décision a été maintenue), une dissidence a été exprimée quant au pouvoir du CPQ de juger du comportement d’une organisation qui n’est pas une entreprise de presse. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *