Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Nouvelles

La Joute : Luc Lavoie pouvait critiquer Martine Ouellet

Le tribunal d’honneur du Conseil de presse du Québec a publié onze nouvelles décisions reliées à des plaintes qu’on lui avait soumises. Sept d’entre elles ont été retenues et quatre ont été rejetées.

D2016-10-047 : Plainte rejetée contre « La Joute »

La liberté d’expression des commentateurs permet aux médias de diffuser des commentaires, même cinglants, à l’égard d’une personnalité publique, a rappelé le Conseil dans une décision visant l’émission « La Joute » de TVA. Le Conseil a rejeté une plainte concernant des commentaires de Luc Lavoie que le plaignant estimait haineux et injurieux à l’endroit de Martine Ouellet, alors candidate défaite de la course à la chefferie du Parti québécois. M. Lavoie n’étant pas un journaliste, puisqu’il agit à titre d’acteur politique, le Conseil a examiné la plainte en regard de la responsabilité du diffuseur, le Groupe TVA, concernant ce qu’il diffuse.

Le Conseil a estimé que les propos tenus par M. Lavoie à la suite d’un discours de Mme Ouellet – « Elle se trouve de son goût, je pense » et « Non, je l’aime pas beaucoup, parce qu’en plus, elle dit pas mal de conneries. » – peuvent sembler durs, mais ils ne suscitent ni n’attisent la haine ou le mépris. Dans le cas présent, l’émission « La Joute » n’a pas outrepassé les limites permises par la déontologie journalistique.

Le plaignant considérait également que M. Lavoie avait tenu des propos inexacts en affirmant « Non, je l’aime pas beaucoup, parce qu’en plus, elle dit pas mal de conneries. » Après analyse, le Conseil a rejeté le grief parce que les propos reprochés ne peuvent être considérés de l’ordre des faits, mais expriment plutôt un jugement de valeur, ce qui implique une évaluation et une appréciation subjective. L’émission en cause relevant du journalisme d’opinion, une grande latitude dans l’expression de points de vue, commentaires et opinions est autorisée.

Lire la décision complète

 

D2017-01-011 : Pierre Bruneau blâmé pour des propos discriminatoires

Le Conseil a jugé que lors d’une émission spéciale diffusée en direct le soir même de la tuerie survenue au Centre culturel islamique de Québec, le 29 janvier 2017, le chef d’antenne de TVA, M. Pierre Bruneau, a tenu des propos discriminatoires entretenant les préjugés envers les musulmans lorsqu’il a affirmé : « […] un acte qui se fait contre une communauté musulmane, chez nous, c’est quelque chose qu’on n’avait pas vu venir. On aurait pu imaginer le contraire : qu’une communauté musulmane ou qu’un groupe extrémiste musulman commette un geste, mais que nous euh… que quelqu’un de la communauté, d’une autre communauté, attaque les musulmans, c’est un terrorisme à l’envers, si vous me permettez l’expression. » Le Conseil souligne que ces propos contribuaient à entretenir des préjugés à l’égard des musulmans en suggérant qu’ils sont plus susceptibles de commettre des actes terroristes. Le Conseil a pris acte des excuses publiées par M. Bruneau le lendemain, mais il a estimé que le tort causé à la communauté musulmane par ses propos ne s’efface pas de ce seul fait. M. Bruneau et le Groupe TVA ont été blâmés.

Lire la décision complète

 

D2017-03-052 : André Arthur blâmé pour avoir suggéré de « frapper » des cyclistes

Le Conseil a reçu un total de 69 plaintes visant des commentaires tenus par l’animateur André Arthur, dans l’émission « 100 % Normandeau », au sujet de la pratique du vélo en hiver. Il y a affirmé : « Aujourd’hui, quelqu’un en bicycle, là, frappez-les, soulagez-le, faites quelque chose. » Les plaignants considéraient que ces propos constituaient une incitation à la haine et à la violence envers les cyclistes qui roulent l’hiver. Bien que le Conseil reconnaisse une grande latitude aux journalistes d’opinion, il considère que dans le présent cas, M. Arthur a largement outrepassé les limites permises à ce genre lors de cette émission radio grand public de retour à la maison. En effet, encourager les auditeurs automobilistes à « frapper » des cyclistes peut mettre des vies en danger. Le Conseil a retenu les plaintes et blâmé M. Arthur pour incitation à la violence et à la haine envers les cyclistes roulant l’hiver. Le Conseil a constaté que M. Arthur s’est excusé de ses propos au lendemain de l’émission, expliquant  qu’il avait eu « une crampe au cerveau ». De l’avis du Conseil, ces excuses n’étaient pas proportionnelles à la gravité des propos tenus.

Certains plaignants estimaient que l’animatrice, Nathalie Normandeau, et son coanimateur, Marc-André Lord, devaient également être tenus responsables puisque c’est au micro de leur émission que M. Arthur a tenu les propos qui lui sont reprochés. Les plaignants faisaient valoir qu’en n’offrant pas de contrepartie, ils se seraient rendus complices des propos de M. Arthur. Après analyse du présent cas, le Conseil a jugé que M. Arthur est le seul responsable de ses fautes, l’animatrice et son coanimateur n’ayant ni renchéri ni acquiescé aux propos de M. Arthur, ils n’ont pas commis de manquement déontologique.

Lire la décision complète

 

D2017-06-036 : Des commentaires méprisants sur les Israéliens qui entretiennent des préjugés

Le Conseil a retenu une plainte concernant les propos de l’animateur Michel Langevin et du journaliste Martin Leclerc de l’émission « Du sport le matin », présentée sur les ondes de la station 91,9 Sports, à propos des performances de l’équipe de baseball israélienne.

Langevin et Leclerc ainsi que la station radiophonique ont été blâmés en raison des propos et de leurs éclats de rire soutenus lorsqu’ils ont tracé un parallèle entre la performance des joueurs et le peuple israélien par des propos tels que : « à part lancer des roches pis des grenades, ils lancent pas grand chose »,  « ça l’air qu’ils courent vite aussi » et « pas sûr que c’est juste des buts qu’ils volent là-bas ». Les propos et les rires qui s’en suivaient ont été jugés méprisants et entretenant des préjugés vis-à-vis les Israéliens.

Lire la décision complète

 

Lors de cette réunion, le Conseil a également rendu sept autres décisions disponibles en cliquant sur les liens ci-dessous.

D2016-12-071 : M. Daniel Bachand c. M. Jean-François Cloutier et Le Journal de Montréal

D2016-12-077 : Plaignant anonyme c. Mme Kathleen Frenette et Le Journal de Québec

D2017-01-003 : Mmes Anne-Sophie Cloutier et Naomie Gendron c. Mme Emmanuelle Corriveau et le site Internet tvanouvelles.ca

D2017-01-009 : M. Claude Lachance c. Mme Adeline Mantyk et le site Internet de L’Avantage votre journal de Rimouski

D2017-01-013 : M. Stéphane Forest c. Mme Geneviève Quessy, M. David Prince, Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec, journaldemontréal.com et journaldequebec.com

D2017-02-017 : Mme Christine Rousseau c. M. André Arthur et la station BLVD 102,1

D2017-03-033 : Les Peintures Pyramidales inc (Me Richard Dion) c. Mme Danny Côté et le Groupe TVA-Québec

Les commentaires sont fermés.