Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Nouvelles

Le Conseil de presse du Québec lance un service de médiation

(Photo : CC Flazingo Photos)

Le Conseil de presse du Québec est heureux d’annoncer la mise en place, pour les entreprises de presse et le public, d’un service de médiation, un processus permettant de régler une plainte à l’amiable.

Désormais, lorsque le Conseil recevra une plainte du public, la médiation sera le premier service qu’il proposera aux parties pour résoudre leur différend. L’objectif sera d’arriver à une entente rapide (30 jours), équitable et durable.

« Le conseil d’administration souhaite que la médiation permette de réduire les délais d’attente qui sont actuellement de 12 à 14 mois », rapporte Mme Paule Beaugrand-Champagne, présidente du Conseil de presse.

Le processus de médiation

Basée sur la participation volontaire des parties impliquées dans un dossier de plainte, la médiation s’effectuera par l’entremise des médiateurs du Conseil.

Les médiateurs tenteront d’amener les parties (le plaignant et l’entreprise de presse mise en cause) à trouver un dénouement satisfaisant, par exemple par la publication d’un rectificatif ou d’un droit de réplique, par une meilleure compréhension du plaignant de la pratique journalistique reprochée ou par toute autre entente jugée raisonnable par les deux parties. Les discussions et les ententes se feront de façon volontaire et en toute confidentialité.

En cas d’échec de la médiation, le traitement de la plainte reprendra normalement et celle-ci sera ultimement soumise au comité des plaintes qui rendra une décision.

Les médiateurs

Le Conseil a embauché trois médiateurs possédant une excellente connaissance du journalisme et de la déontologie. De plus, ces médiateurs se sont démarqués dans leurs expériences passées par leur personnalité conciliante, leur capacité d’écoute et leur jugement. Il s’agit de Louis Lesage, avocat à la retraite et ex-journaliste de Radio-Canada, Jean-Pierre Proulx, professeur retraité de l’Université de Montréal et ancien journaliste au Devoir, et de Catherine Voyer-Léger, auteure, conférencière et analyste des médias. D’autres médiateurs s’ajouteront au besoin. La nomination des médiateurs est approuvée par le conseil d’administration.

Le processus de médiation est en vigueur pour les plaintes déposées à l’endroit d’entreprises de presse après le 5 septembre 2017.

À propos du Conseil de presse du Québec

Fondé en 1973, le Conseil de presse est un tribunal d’honneur œuvrant à la protection de la liberté de la presse et à la défense du droit du public à une information de qualité. Son action s’étend à tous les médias d’information distribués ou diffusés au Québec, qu’ils soient membres ou non du Conseil, qu’ils appartiennent à la presse écrite, électronique ou numérique. Le Conseil reçoit en moyenne près de 300 plaintes annuellement.

Pour plus d’information : Caroline Locher, secrétaire générale 514 529-2818

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *