Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Nouvelles

Audience publique pour le Conseil de presse de l’Ontario

Crédit photo : West Annex News cc

Le 9 septembre, le Conseil de presse de l’Ontario tiendra une audience publique pour entendre une plainte contre l’article du Toronto Star dévoilant l’existence d’une vidéo montrant le maire de Toronto, Rob Ford, consommant de la drogue, et une autre concernant une enquête du Globe and Mail alléguant que les frères du maire auraient fait du trafic de drogue dans les années 1980.

Lors de cette séance, qui se tiendra à l’université Ryerson, les membres du comité entendront d’abord une plainte concernant l’article Rob Ford in ‘crack cocaine’ video scandal, publié par le Toronto Star, le 16 mai 2013. C’est dans cet article que les journalistes Robyn Doolittle et Kevin Donovan ont rapporté avoir vu une vidéo montrant le maire de Toronto fumant du crack. 

En après-midi, le comité examinera une plainte contre l’article The Ford family’s history with drug dealing paru dans le Globe and Mail du 25 mai 2013. Dans cette enquête, les journalistes Greg McArthur et Shannon Kari exposent les liens que les frères et la sœur de Rob Ford auraient eus avec le milieu de la drogue.

Dans les deux cas, les membres du comité devront déterminer si les articles étaient d’intérêt public, si des efforts raisonnables ont été faits pour vérifier les allégations, si  Rob Ford, dans un cas, et Doug Ford, dans l’autre, ont été avisé des allégations et ont eu la possibilité d’y répondre et si les journaux ont inclus leur réponse dans leur article. Dans le dossier du Globe and Mail, ils devront également examiner la pertinence de faire référence aux autres membres de la famille Ford. 

Plaintes

Don McCurdy, directeur du Conseil de presse de l’Ontario, rapporte en entrevue que son organisme a reçu 41 plaintes concernant les deux textes. Par ailleurs, seulement six personnes ont déposé une plainte écrite.  « Nous avons reçu beaucoup de plaintes téléphoniques, mais les gens ne voulaient pas laisser leur nom. Ils avaient peur de venir à l’audience ou d’être questionnés* », dit-il.

M. McCurdy rapporte que les plaignants voyaient dans ces reportages une forme de vendetta contre le maire Ford. « Les principaux questionnements soulevés par le public concernaient l’existence de la vidéo et l’utilisation de sources anonymes* », précise-t-il.

Pour chacun des cas, le Conseil a retenu une plainte qui représentera les autres. Ces deux plaignants devront faire une présentation. Par la suite, ce sera au tour des représentants des médias concernés de s’expliquer devant le comité.

Audience publique

Ce type d’audiences publiques n’est pas exceptionnel en Ontario puisque le Conseil de presse en tient trois ou quatre par an. « Mais ça n’a rien à voir avec l’importance de celle-ci *», constate M. McCurdy en rappelant que les Torontois sont très divisés au sujet des agissements allégués de Rob Ford.

Après avoir entendu les deux parties dans les deux dossiers, les trois membres du comité (deux membres du public et un journaliste) ajourneront l’audience pour délibérer à huis clos. Leurs recommandations seront présentées à l’ensemble du Conseil de presse qui se réunira à la fin du mois de septembre. Par la suite, la décision de l’organisme sera rendue publique et publier sur son site Internet

L’audience publique aura lieu le 9 septembre à l’université Ryerson, dans l’Atrium Sears du George Vari Engineering and Computer Center situé au 245, Church St. Les travaux débuteront à 10h par la plainte contre le Toronto Star. Celle contre le Globe and Mail sera entendue à partir de 13h.

 *Traduction du Magazine du CPQ

 

Cette entrée a été publié avec les mots-clefs , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *