Extras
Imprimer
Ajouter aux Favoris
Envoyer à un ami

Nouvelles

Journalisme d’opinion, publicité déguisée et lettres de lecteurs : les nouvelles décisions du Conseil de presse

Montréal, 9 août 2018 — Le Conseil de presse du Québec a publié neuf nouvelles décisions reliées à des plaintes qu’on lui avait soumises. Huit d’entre elles ont été rejetées et une a été jugée irrecevable.

D2015-09-041B : Une plainte contre Patrick Lagacé pour des chroniques sur la synergologie à nouveau rejetée

Le Conseil de presse rejette pour la deuxième fois la plainte de Philippe Turchet contre le journaliste Patrick Lagacé et La Presse+ visant une série d’articles publiés en 2015 sur la synergologie, que le chroniqueur qualifiait de «pseudoscience» du langage non verbal. Le plaignant, créateur de la synergologie, déplorait un manque d’équilibre, de la partialité, de l’information inexacte et de l’information incomplète.
Le Conseil a déterminé qu’il s’agissait clairement de chroniques, qu’elles étaient adéquatement identifiées comme telles et qu’elles devaient être évaluées sous l’angle du journalisme d’opinion. Le journaliste d’opinion dispose d’une grande liberté de style et de ton dans la manière d’exprimer ses points de vue et commentaires. Il se doit toutefois de présenter une information exacte et complète, règle qui a été respectée dans le cas présent, juge le Conseil.

Concernant l’allégation d’informations incomplètes, le Conseil a estimé que les faits présentés dans la série de chroniques, sur lesquels le chroniqueur fonde son opinion, suffisaient à la bonne compréhension du sujet.

Lire la décision complète

D2017-06-081 : Pas de publicité déguisée dans un article du Soleil

Le Conseil rejette la plainte de Stéphane Thibodeau contre la journaliste Michèle Laferrière et le quotidien Le Soleil pour publicité déguisée et partialité dans l’article « Les champs électromagnétiques, un “scandale sanitaire” prévient un expert ». L’expert dont il est question dans le texte publié le 31 mai 2017, Stéphane Bélainsky, est le président-fondateur d’une entreprise spécialisée en hygiène électromagnétique. Le Conseil n’a trouvé aucune preuve qu’il s’agissait d’une commande publicitaire et a constaté que le lecteur était informé d’entrée de jeu du secteur d’activité de l’entreprise de M. Bélainsky et qu’elle avait donc un intérêt commercial sur le sujet. Par ailleurs, le thème du reportage ainsi que son angle de traitement relevaient de la liberté éditoriale du quotidien, conclut le Conseil.

Lire la décision complète

D2017-07-097 : Un texte d’opinion d’un lecteur n’est pas soumis aux mêmes règles qu’un texte d’opinion d’un journaliste

Le Conseil juge irrecevable la plainte de l’hebdomadaire La Terre de chez nous contre le journal La Vie agricole pour un texte intitulé « Dossier Pangea : L’UPA déforme les faits pour servir sa cause », publié le 11 mai 2017. L’Union des producteurs agricoles (UPA), propriétaire de La Terre de chez nous, dénonçait une confusion des genres journalistiques, de l’information inexacte, un manque de rigueur de raisonnement, la non-fiabilité des sources, un manque d’équilibre et un refus de publier un rectificatif. Dans ce texte, le cofondateur de l’Union paysanne, Roméo Bouchard, remettait en question le travail du journaliste Martin Ménard qui avait publié la veille un article dans La Terre de chez nous.
Le Conseil a jugé qu’il ne s’agissait pas d’un article journalistique, mais plutôt d’une lettre d’opinion d’un lecteur. Les contributions du public ne sont pas soumises aux mêmes règles déontologiques que les articles journalistiques. Les médias qui publient des textes du public doivent toutefois s’assurer que ces contributions respectent la dignité et la vie privée des personnes et qu’elles ne soient pas discriminatoires.

Lire la décision complète


Lors de cette réunion, le Conseil a également rendu six autres décisions disponibles en cliquant sur les liens ci-dessous.

D2017-04-060 : Jimmy Girard c. Vincent Larouche et le site Internet lapresse.ca

D2017-05-074 : Bernard Roy, président d’Autobus Dufresne c. Marie-Josée Bétournay et Le Soleil de Châteauguay

D2017-06-085 : Josée Couture c. François Bourque et le site Internet du journal Le Soleil

D2016-06-164 : Marc Plamondon c. Anne-Marie Dussault, l’émission « 24/60 » et ICI Radio-Canada Télé

D2017-07-093 : Julie Lévesque c. François Cardinal et le quotidien La Presse

D2017-06-087 : Huguette Poitras c. Dominique Talbot, La Presse+, lapresse.ca et Le Soleil

À propos

Le Conseil de presse du Québec est un organisme privé, à but non lucratif, qui œuvre depuis plus de 40 ans à la protection de la liberté de la presse et à la défense du droit du public à une information de qualité. Son action s’étend à tous les médias d’information distribués ou diffusés au Québec, qu’ils soient membres ou non du Conseil, qu’ils appartiennent à la presse écrite ou électronique.

Le Conseil agit comme tribunal d’honneur de la presse québécoise. En aucune façon, le Conseil ne peut être assimilé à un tribunal civil, il ne possède aucun pouvoir judiciaire, réglementaire, législatif ou coercitif ; il n’impose aucune autre sanction que morale.

Commentaire (1)

  1. Quand on constate que toutes vos décisions récentes ne sont jamais en faveur du public on ne peut s’empêcher de penser que le Conseil de Presse n’est qu’un organe de propagande des grands médias. Votre existence ne fait que contribuer à la propagation des « médias alternatifs » en rabaissant quiconque critique le travail d’un membre de la FPJQ. En plus, il y a lieu de se demander à quoi sert un organisme qui n’a aucun pouvoir, outre faire de la propagande corporatiste. Vous n’êtes pas vraiment crédibles si toutes vos décisions ne donnent toujours raison qu’à un seul côté de la clôture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *